Le soir où La Cenerentola a conquis le cœur des Lillois

Ce fut un coup d’envoi de saison pluvieux mais chaleureux pour l’Opéra de Lille ! Le 14 octobre, Circonflex Magazine a assisté à la retransmission en direct, place du Théâtre, de La Cenerentola, un opéra signé Rossini et mis en scène par Jean Bellorini.

10 minutes avant le lever de rideau, et les spectateurs arrivent encore. Les marches de l’Opéra sont déjà noires de monde. On trouve de tout dans cette foule : des jeunes, venus entre amis, en couple, des parents avec leurs enfants, des personnes âgées… Leur point commun ? Ils ont tous une couverture rose sur le dos, fournie par une organisation prévoyante, et un parapluie à la main ! “Je ne sais pas comment je vais faire pour applaudir tout en tenant mon parapluie”, se demande un spectateur, peu friand de la pluie. Ce n’était pas prévu : cette dernière s’est invitée à la fête. Mais ce soir, rien ne pourrait empêcher les Lillois de goûter à la féérie de La Cenerentola. Certains sont venus avec des chaises pliantes, d’autres avec leur repas, leur boisson chaude… Tout le monde a pris ses précautions pour profiter au mieux du spectacle, retransmis en direct, sur grand écran, place du Théâtre.

Originale et dynamique.

L’opéra commence. Cette relecture du conte de fée Cendrillon est originale, dynamique. Les spectateurs ont le sourire, les éclats de rire fusent. Les interprètes sont excellents, Cenerentola est vraiment attachante, ses soeurs sont toujours aussi horribles, et Marraine la bonne fée est devenue… un homme ! Le Prince Charmant s’est mis au goût du jour, puisqu’il a troqué son cheval blanc contre un vélo, beaucoup moins élégant certes mais c’est écologique ! Et quelle belle histoire d’amour, où les apparences ne comptent pas quand l’âme est si belle.

En parlant d’amour, un couple rit de bon cœur, tous les deux bien pelotonnés dans leur couverture. La jeune femme raconte : “C’est la première fois qu’on assiste à un opéra. L’idée d’une nouvelle version de Cendrillon nous a intéressés. En plus, c’est gratuit, on s’est dit qu’il fallait en profiter.” Elle ajoute, avec un sourire : “Nous sommes tellement concentrés sur l’écran qu’on en oublie la pluie et le froid !”

C’est la première fois que j’assiste à un opéra.

Un père et sa fille de 8 ans sont également immergés dans l’histoire. La petite se tient sur les épaules de son père pour mieux voir l’écran. “Ils font de drôles de têtes parfois, mais c’est rigolo. Je préfère ça à Cendrillon.” Est-ce que ça lui a donné envie de retourner à l’Opéra ? “Oui, mais pas quand il fait froid.” Son père rigole puis répond à son tour : “C’est vraiment une bonne initiative. Cela permet de faire découvrir l’opéra à n’importe qui. Peut-être que nous allons nous abonner à l’Opéra de Lille.”

Le rideau tombe. Il est temps de lâcher les parapluies quelques instants pour faire place aux applaudissements chaleureux d’un public conquis. Les visages sont radieux, la foule est enthousiasmée par cette première expérience. Il se fait tard, la pluie et le froid reprennent le dessus. La place du Théâtre se vide peu à peu. La ville retrouve le cours normal de la nuit. Mais il y a fort à parier que cette belle idée de faire descendre l’opéra dans la rue ne devrait pas rester sans suite…

Marie Soullier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *