Julie, la bonne fée de la Citadelle

Vous avez surement remarqué cette drôle de péniche qui surveille de près la Citadelle de Lille. Circonflex Mag est parti à la rencontre de Julie, celle sans qui tout ce beau projet n’aurait jamais vu le jour. Et qui a 1000 idées en tête.

Qu’est-ce que vous pouvez nous raconter sur l’histoire de votre péniche ? Nos lecteurs seraient ravis de faire connaissance avec elle.

La péniche a été construite en 1954, elle transportait des hydrocarbures. On a réussi à la trouver dans le petit milieu des mariniers à Lille. Le gros avantage, c’est que comme c’était une péniche qui transportait du liquide, elle était fermée : il y avait déjà un pont  -et donc 50 000 € de moins pour les travaux !  Je me rappelle qu’on s’est dit : quitte à réhabiliter une péniche, on en prend une pas du tout écolo pour en faire une écolo . Tout ce qui est d’origine est caché à cause des consignes de sécurité, sauf le bas et le haut du bar.

 

Pourquoi avez vous choisi une péniche ?

Ah (rires) ça, c’est une longue histoire ! C’est vrai, on n’était pas censés monter notre projet sur une péniche. L’idée de départ, c’était de trouver un lieu pour les habitants de la métropole de Lille dans lequel ils se sentent bien, et qui parle à tout le monde. Au tout début, j’ai commencé à visiter des endroits à louer, pour ouvrir un type de café associatif. Je voulais vraiment qu’il y ait un coin où l’on puisse mettre les mains dans la terre, un potager mais dans Lille, je ne trouvais rien… Et c’est en courant dans la Citadelle que je me suis dis : « En fait, si je veux un peu de nature, il faut  que ce soit ici ». Et à la Citadelle, à part la péniche, il n’y a pas d’autres options !

 

On a reçu un accueil hyper favorable, ils ont vraiment voulu que notre projet aboutisse.

 

Vous n’êtes pas seule à vous être lancée dans l’aventure …

Je travaille avec mon ami Julien qui est arrivé il y a un an et demi. Il a embarqué et on porte le projet à deux. On a monté une association avec des gens qui avaient envie que ça voit le jour et on a créé un collectif,  Le Bus Magique.

 

Pourquoi ce nom ? Pourquoi pas la Péniche magique, après tout ! 

Quand on s’est posé la question du nom du collectif, on n’était pas certain de décrocher cet emplacement, indispensable pour amarrer notre bateau.  On s’est demandé si un bus itinérant, pour emmener  les Lillois à l’extérieur de la ville ne serait pas aussi une bonne idée de remplacement. En fait, on ne savait pas où on allait atterrir. On s’est donc dit « Pourquoi pas Le Bus Magique ? Après tout, on ne sait pas comment on va se transformer ! C’est comme dans le dessin animé ! » (rires)

 

Comment avez-vous réussi à lancer la notoriété du Bus ?

Déjà, j’en ai parlé à tous mes potes, un peu à  ma famille mais principalement à mes amis car je vis en coloc depuis de nombreuses années. Après, je suis allée voir les organismes qui travaillent dans le social et le solidaire. J’ai découvert plein d’autres initiatives, associatives ou autres, qui portaient les mêmes valeurs ! Résultat : tu développes des relations et ça commence petit à petit à fédérer.

 

 

Vous avez des relations avec la ville de Lille ?

J’ai beaucoup discuté avec la mairie du quartier Vauban. Je leur ai dit : « Voilà, j’ai un projet qui est rattaché à votre territoire . Notre idée, c’est de proposer des activités en partenariat avec le centre social, les écoles, les maisons de retraite… Comment peut-on collaborer ?». On a reçu un accueil hyper favorable, ils ont vraiment voulu que notre projet aboutisse.

 

Quelle fréquentation attendez-vous ? Il y a beaucoup d’étudiants dans le quartier Vauban … ?

Oui, mais paradoxalement, on n’est pas encore assez connu auprès des étudiants. On veut changer tout cela en expliquant ce qu’est Le Bus.  L’idée, c’est que chaque personne qui vient ici pour consommer ou assister à un projet adhère au collectif Bus Magique. Autrement, nous ne sommes pas dans la légalité. Après, on passe la main, et c’est aux adhérents de faire vivre la péniche. Proposer des soirées, amener des groupes de musique, prendre des initiatives … Julien et moi,  on est juste là pour s’assurer qu’économiquement, ça passe, qu’on a assez de bières pour les soirées, et que niveau cuisine, ça roule ! Mais il n’y a pas que des soirées, on propose aussi des ateliers pour enfants, par exemple, c’est vraiment varié.

 

Des futurs projets pour votre Bus Magique ?

Bosser sur notre projet de serre sur le pont ! Après, c’est continuer, avancer avec tous ceux qui nous rejoignent, faire au mieux et donner une âme à notre péniche …

 

Julie LEFEBVRE

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *