Les exploratrices du goût

L’annonce d’un nouveau confinement a été un coup de massue pour la plupart des commerçants. Les premières victimes collatérales sont les petits commerçants de centre-ville. Beaucoup ont dû mettre la clé sous la porte depuis le début de l’épidémie. Pour continuer malgré tout à travailler, certains commerçants ont décidé de faire du click and collect. Circonflex Mag a rencontré, Pauline, une commerçante qui tient le salon de thé LES EXPLORATRICES à Lille. Elle témoigne des effets de la crise sur son activité.

Le 1er octobre 2019, Pauline et sa collaboratrice Marie réalisaient leur rêve : ouvrir un salon de thé. Les deux jeunes femmes voulaient créer une entreprise qui colle à leurs valeurs, « le partage, la rencontre et les échanges avec les locaux ». Elles ont donc ouvert une boutique dans le Vieux-Lille, 10 rue de la Barre. Pourtant, leurs chemins s’étaient séparés :  « nous nous sommes rencontrées il y a quinze ans, à l’IESEG –une école de commerce lilloise-. Ensuite, Marie a travaillé dans les services achats chez Adéo. Et puis elle a décidé de retourner sur les bancs de l’école pour obtenir son CAP Artisan Chocolatière. Moi, j’ai d’abord été conseillère chez Voyageurs du Monde avant de tout quitter pour partir faire un tour du monde pendant un an ». Aujourd’hui, elles se retrouvent pour partager une nouvelle aventure ensemble.

 

Ici, on voyage et on explore

 

En quoi consiste ce salon de thé ? « C’est à la fois un salon de thé et une chocolaterie, explique Pauline. L’idée, c’est de proposer des produits du monde entier : ici, on voyage et on explore à travers les chocolats, les thés et les cafés. Tout ce qui est sur la carte est fait maison. On propose également, un concept store, des expositions photos et des conférences sur le voyage ».

Depuis l’ouverture du salon de thé, Pauline et Marie n’ont pas eu de chance ! « On a connu une fermeture administrative pendant le premier confinement. Puis une réouverture mi-mai, mais exclusivement en vente à emporter jusque début juin. Ensuite, l’activité a repris son cours normalement jusqu’à ce nouveau confinement ». Pauline tire la sonnette d’alarme : « nous sommes passées à côté de Pâques, on ne peut pas se permettre de rater Noel ».

 

Les gens jouent le jeu

 

Contrairement au premier confinement, l’activité continue chez LES EXPLORATRICES ! « Nous faisons du click and collect, en collaboration avec l’application The-ring.io qui permet aux commerces de proximité de mettre en place de la vente à emporter. On vend des pâtisseries, des chocolats artisanaux, des pâtes de fruits, des pâtes à tartiner, des boissons chaudes ou froides… ». Pour les deux collaboratrices, le plus dur, c’est la gestion des stocks : « on fait beaucoup au jour le jour, bien sûr, on a envie de se projeter, regrette Pauline, mais la situation ne le permet pas ».

Pourtant, malgré une perte de chiffre d’affaire évidente, elles restent optimistes : « les gens jouent le jeu, ils ont envie de faire marcher leur commerce de proximité. On n’est pas les seules dans ce cas-là, on est un peu tous dans le même bateau. C’est compliqué et on aurait aimé que ça se passe autrement, mais la santé passe avant tout. On a la chance de pouvoir rester ouverts avec le click and collect, c’est déjà bien ».

En ces temps difficiles, les globe-trotteuses revendiquent un message haut et fort « il y a une variété de commerces indépendants à Lille qui font de très belles choses. Il faut soutenir ces commerces qui font vivre la ville. Ce ne sont pas les grandes enseignes qui font le charisme d’une ville ».

 

Retrouvez Les exploratrices sur leur site internet.

 

Clément Poulet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *