“Quand je roule, je me lâche !”

Du 13 au 19 mars, c’est la semaine internationale de la courtoisie au volant. Créé en septembre 2001 par l’AFPC (Association Française de Prévention des Comportements au volant), cet événement a pour but de lutter contre l’incivilité en voiture et de modifier le comportement des usagers. Pour l’occasion, Circonflex Mag est allé à la rencontre d’étudiants possédant le permis.

Les chiffres sont éloquents : en 2016, 3 469 personnes sont décédées sur les routes françaises. Ce chiffre a du mal à baisser, malgré les nombreuses campagnes de prévention, développées par la sécurité routière. Mais ces dernières ont le mérite de mettre en lumière les mauvais comportements adoptés par de nombreux Français lorsqu’ils montent dans leur voiture (téléphone au volant, vitesse ou encore ivresse). Elles révèlent également combien les Français n’ont pas toujours la bonne attitude lorsqu’ils conduisent : ils oublient facilement les bonnes manières et ne sont pas très courtois derrière un volant. Le problème, c’est que ces incivilités provoquent des accidents. Le magazine Auto Plus révèle les résultats d’une enquête menée par Auto-école.net. Le non-respect des distances de sécurité serait responsable d’un tiers des accidents, suivi de près par l’absence de clignotant et la mauvaise habitude de certains conducteurs de zigzaguer entre les files de voitures. Toujours selon cette enquête, ces comportements pour le moins discourtois sont bien souvent accompagnés d’une flopée de jurons, les sondeurs poussant le détail jusqu’à nous renseigner sur les plus utilisés : « c*****d », « fils de p*** », et «sale c** »…

Je n’hésite pas à utiliser des noms d’oiseaux.

Pourquoi la plupart des 38 millions de conducteurs français deviennent-ils de véritables mufles lorsqu’ils montent dans leur voiture ? Par quel mystère même les plus introvertis d’entre nous se sentent-ils pousser des ailes en conduisant ? Marie, 19 ans est étudiante en première année à l’Université Catholique. Elle l’avoue volontiers, elle se métamorphose lorsqu’elle tient un volant entre les mains : « Je suis de nature plutôt réservée, mais quand je roule, je me lâche ! J’ai mon permis depuis deux ans et je n’hésite pas à lâcher des noms d’oiseaux si je suis confrontée à des dangers ambulants ».

C’est toujours l’autre qui a tort.

Amine, un étudiant de 22 ans en deuxième année au sein de la même université, a sa petite manière bien à lui d’invectiver ceux qui ne le respectent pas sur la route. « Je qualifie d’ « espèce d’handicapé » ceux qui oublient de me montrer de l’estime derrière un volant. La courtoisie en voiture, ce n’est pas compliqué pourtant … Ça passe par des petites choses que tout le monde devrait faire. Si cette semaine de sensibilisation pouvait faire office de prise de conscience … » Pour Amine aussi, peut-être. Car d’une manière générale, c’est toujours l’autre qui a tort…

L’éducation plutôt que la répression

Hugo, étudiant de 19 ans, également en deuxième année de licence, partage l’avis d’Amine : « Cette semaine de la courtoisie peut faire bouger les choses. Malheureusement, on en entend très peu parler… Cet évènement n’est pas médiatisée, c’est vraiment dommage … ». Hugo qui a son permis depuis un an, a déjà vécu une situation caractéristique : « J’étais en double file pour aller poster une lettre à la banque quand tout à coup, une voiture arrive à ma hauteur. Le conducteur klaxonne et m’insulte. Il redémarre alors à toute vitesse, en grillant au passage une priorité … et se fait percuter devant mes yeux ».
Comme le rappelle le journal Auto-Plus à la fin de son enquête sur les incivilités au volant, un simple geste agressif, une insulte peuvent déclencher une succession d’évènements qui créent un climat stressant …et donc dangereux ! Cette semaine de la courtoisie au volant, en donnant la part belle à l’éducation plutôt qu’à la répression, est là pour nous rappeler qu’une conduite civile au volant permet aussi de réduire le nombre de tués sur les routes.
Automobilistes, motards, mais aussi cyclistes et piétons, à vous de jouer … Dites stop aux noms d’oiseaux, aux comportements injurieux. Rester calme au volant, derrière un guidon, sur les trottoirs, c’est bon pour vous …mais aussi pour les autres !

Pour en savoir plus sur les origines de cette journée c’est par .
Le site de l’AFPC
Simon Goeken

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *