La Tribune IESEG : la parole est aux jeunes

La Tribune IESEG organisait ce mardi 7 mars un débat entre les représentants des jeunes de 6 partis politiques. Invités sur scène : Antoine Sillani pour Les républicains, Mehdi Chalah, pour le PS, Zyriab Idir pour le mouvement En Marche, Julien Poix et La France Insoumise, Éric Richermoz pour le FN et enfin le mouvement Solidarité et Progrès représenté par Arnaud Beils. Circonflex Mag a assisté à cette conférence.

L’amphithéâtre était comble ce mardi. Trois cent personnes ont répondu présent à cet événement. Salve d’applaudissements pour saluer comme il se doit l’arrivée des 6 protagonistes. Éric Richermoz, le fameux « Édouard », proclamé fils de Manuel Valls dans la vidéo du rappeur Gradur, « dabe » pour faire rire l’hémicycle. Résultat garanti. Ils ont entre 20 et 30 ans. Ils sont étudiants, pour certains déjà professeurs, parfois même conseillers régionaux. Ils sont là pour défendre les idées du parti qu’ils représentent. “Il nous faut un référendum sur la sortie de l’Union Européenne. »

Il nous faut un référendum sur la sortie de l’Union Européenne.

Les organisateurs, étudiants à l’IESEG, ont divisé cette soirée en trois parties : le débat, la chronique Oui ou Non et les questions du public. Et à l’instar des émissions télévisées, le temps de parole sera scrupuleusement minuté : on ne badine pas avec l’équité. Ils ont sélectionné des sujets qui reviennent dans le débat politique : ce soir, on va parler Union Européenne, chômage, sécurité et diplomatie.

Bien sûr, comme leurs aînés, certains veulent quitter l’Europe et d’autres y rester : « Il faut tout remettre à plat et tout mettre à la poubelle. Il nous faut un référendum sur la sortie de l’Union Européenne » explique le représentant du FN. « L’Europe aide énormément les jeunes, le seul problème, c’est les institutions. Il ne faut surtout pas la quitter ! » rétorque Antoine Sillani. Applaudissements approbateurs dans la salle. Mehdi Chalah, animateur fédéral des jeunes socialistes du Nord était attendu sur le sujet du chômage : « le revenu universel est la proposition phare du programme de Benoit Hamon. Elle a permis de revenir sur un sujet qu’on oublie aujourd’hui : la pauvreté » a argumenté le jeune militant, candidat aux prochaines élections sénatoriales. Propos vigoureusement dénoncés par les débatteurs qui ont proposés d’autres alternatives : un plan d’aménagement du territoire pour le Mouvement Cheminade, la suppression des 35H pour Les Républicains ou encore une revalorisation du SMIC et la suppression du RSI pour Zyriab Idir.

Lutter contre la présence de l’EI sur internet.

Tous étaient attendus sur le thème de la sécurité. « On vit dans un pays visé par l’Etat Islamique, explique Julien, étudiant en droit. J’attends de ce débat qu’il m’éclaire sur les solutions défendues par chaque famille politique pour lutter contre le terrorisme ». Sur ce sujet, tous se sont plus ou moins retrouvés : renforcer les forces de police, et vaincre Daesh. « Il faut recruter des policiers et du personnel administratif », propose Julien Poix. « Sans oublier de lutter contre la présence de l’EI sur internet, pour éviter la radicalisation de certains jeunes », ajoute Zyiab Idir. Question diplomatie, position unanime, là encore, pour demander une France forte, qui puisse peser face à Donald Trump et Vladimir Poutine sur la scène internationale.

Dans la salle, on écoute, on acquiesce, on discute, on proteste. Les jeunes ont tous en tête l’échéance présidentielle : « Je suis ici ce soir parce que je souhaite en apprendre davantage sur les programmes des différents partis, avec un regard plus jeune », analyse Lucas, 21 ans, étudiant en master Management et Commerce International à Lille 1. « Le Front National risque de passer, ajoute Clément, étudiant à Info-Com à Lille 3. Il est important d’organiser ce genre de débat pour que notre génération prenne conscience qu’elle doit s’investit davantage dans la politique ».

Allez voter !

La chronique OUI ou NON imaginée par les organisateurs était justement là pour apporter ce petit plus. Rires, clashs, blagues, applaudissements : elle a remporté un franc succès. Mention spéciale pour Mehdi Chalah et son «« Autobronzant » choisi pour décrire Donald Trump. Approbations hilares également pour Antoine Sillani et son « Ni oui ni non » qualifiant le parti d’Emmanuel Macron. Pari réussi pour la Tribune IESEG : cette réunion avait pour but de donner la parole aux jeunes politiciens, ils en ont profité en proposant un débat de qualité. Sans oublier de faire passer un message, certainement le plus important de cette soirée : allez voter !

Débat, politique, terrorisme, chômage, Donald Trump, Valdimir Poutine, Front National, Parti Socialiste

Un petit sondage était organisé pour anticiper les présidentielles : les participants étaient invités à voter pour le plus convaincant des jeunes politiciens. Aura-t-on les mêmes résultats le jour J ? Réponse le dimanche 23 avril…

Matthieu Leblond

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *