Maxence Verpraet : la tête et les jambes

Pensionnaire du Racing Club d’Arras depuis presque 5 ans, Maxence Verpraet est un coureur pas comme les autres. Venu à l’athlétisme sur le tard et médaillé de bronze des derniers Championnats de France espoirs sur 3000 mètres steeple, il a décidé de mettre en pause ses études pour travailler pendant un an avant de reprendre sa route en master. C’est notre portrait de la semaine.

Il faut être matinal pour espérer croiser Maxence Verpraet aux Grandes Prairies d’Arras, par un dimanche frileux. Au sortir d’une séance “spé cross”, à base de fractionné et de travail de relance, il est souriant, mais douloureux. Blessé depuis deux jours, il reste tout de même positif : “L’important, c’est que ce ne soit rien de grave, je verrai ça avec le kiné”.

Son parcours dans l’athlétisme est atypique. Footballeur pendant 12 ans au club d’Écourt Saint-Quentin, c’est grâce à l’option athlétisme qu’il a choisie au lycée Baudimont d’Arras que Maxence commence à se passionner pour le demi-fond : “J’étais milieu de terrain, j’avais donc l’habitude de courir et ça me plaisait”. Il participe notamment aux Championnats de France de cross UGSEL,  s’inscrit par la suite au Racing Club d’Arras en entamant ses études supérieures, et finit par rejoindre le groupe de Raymond Barbry et Guillaume Winter. Il y est ancré depuis presque cinq ans.

Deux semaines dans une saison, c’est énorme.

Sa première grosse performance, il met à peine quelques mois à l’accomplir. Victorieux du cross court dans le cadre du Cross de la ville d’Arras, il bat pour la première fois ses coéquipiers d’entrainement. A force d’intensifier ses sessions, entouré d’une équipe solide, il se qualifie aux Championnats de France qui ont lieu au Mans après une superbe huitième place aux inter-régionaux. Malheureusement, grippé, il finit bien loin de ses ambitions et mettra du temps à revenir “J’avais tellement puisé dans mes ressources que j’ai du couper pendant deux semaines. Et deux semaines, dans une saison, c’est énorme.”

En parallèle de sa première saison d’athlétisme, il entame ses études supérieures par un BTS Moteur à Combustion Interne au Lycée Carnot d’Arras. Celui-ci lui permet de mêler passion et études facilement.  Après son BTS obtenu en 2018, il décide de continuer ses études à Cambrai. Un choix économique mais aussi un choix pratique “Étudier à Cambrai me permettait de faire l’aller-retour chaque jour. Je pouvais continuer de m’entraîner à Arras”.

Je savais que je l’avais dans les jambes.

2019. Son année. Celle de toutes les réussites : il décroche sa licence et sa première médaille nationale individuelle –le bronze- aux Championnats de France Espoirs du 3000mètres steeple. Il le savoure, ce premier podium national. « Je savais que je l’avais dans les jambes. Il fallait juste répondre présent le jour J…”. Ce succès, jamais il ne l’aurait envisagé en commençant l’athlétisme, il y a presque cinq ans de cela : “A la base, je voulais seulement faire les Championnats de France de Cross par équipes… Aujourd’hui, j’ai pu voyager un peu partout dans la France et courir contre des mecs de haut niveau”.

Cette année, niveau études, il a choisi de s’accorder un an de césure. Son but ? Travailler, mettre un maximum d’argent de côté, et financer son Master Qualité.  Attention, pas question d’en profiter pour accélérer le rythme des séances d’entrainements : « L’objectif que j’ai en tête, c’est surtout de travailler pour être dans de bonnes conditions l’année prochaine”.

Mêler études et sport.

Le jeune athlète sait parfaitement ce qu’il veut faire plus tard : il souhaite devenir Responsable Qualité, Hygiène, Sécurité et Environnement. Mais aussi progresser en cross dans sa spécialité. Désormais en catégorie seniors, il aimerait continuer son ascension et se qualifier pour ses premiers Championnats de France seniors sur 3000 mètres steeple. En fait, mêler études et sport ne lui a  jamais paru difficile. Pourtant, cumuler 10 h d’entrainement et 30 heures de cours par semaine, jongler avec les stages, les compétitions, les horaires compliqués, les va-et vient entre son domicile, le stade, l’Université … cela n’a  pas été toujours évident. Mais paradoxe : c’est son année la plus chargée qui l’a mené à sa saison sportive la plus aboutie…

Voilà pourquoi aujourd’hui Maxence Verpraet, qui se qualifie comme déterminé et perfectionniste, souhaite s’épanouir dans ses deux domaines de prédilection. Sa devise ? “Fais tes projets en silence. La réussite se chargera du bruit.”

5 dates clés :
3 février 1997 : Naissance à Sainte-Catherine (62)
29 mai 2015 : Première compétition d'athlétisme avec le lycée 
Juillet 2018 : Obtention d'un BTS Moteur et Combustion interne
Juin 2019 : Obtention d'une Licence Qualité, Hygiène, Sécurité et Environnement
30 juin 2019 : Médaille de bronze aux Championnats de France espoirs sur 3000m steeple
Le 3000m steeple, qu'est-ce que c'est ?
En athlétisme, le steeple est une course de demi avec obstacles. Longue de 3000 mètres, c'est une discipline technique, avec de nombreux changements de rythmes imposés par le franchissement de cinq barrières tous les 400 m dont une barrière avec une "rivière" (fosse remplie d'eau).
Théo Garnier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *