À ne pas en croire ses oreilles

Last updated:

À l’occasion du mois sans tabac en novembre, Circonflex est allé à la rencontre d’anciens fumeurs qui ont décidé d’arrêter la cigarette par des méthodes diverses. Notre série se conclut avec Céline, qui nous explique comment son oreille l’a aidée à vaincre son addiction.

« Je fumais 45 clopes par jour » : c’est le chiffre que nous a donné Céline, fumeuse depuis ses 14 ans. Elle explique ce nombre conséquent de cigarettes quotidiennes par « la découverte des tubes, ils coûtent moins chers. La tentation est plus grande ». Après avoir essayé des patchs et la cigarette électronique, Céline n’avait pas arrêté.

Schéma du poumon, utilisé pour expliquer les conséquences sur les bronchioles.

« S’il a réussi, pourquoi pas moi ?»

Ses collègues lui ont mis l’auriculothérapie à l’oreille. Deux d’entre eux avaient déjà utilisé cette méthode, et l’un tenait le coup depuis deux semaines. Céline s’est demandé : « s’il a réussi, pourquoi pas moi ? ». Après trente minutes de pédagogie autour de la cigarette et de conseils pour fuir la tentation, 17 points nerveux de l’oreille utilisés et un discours d’encouragement de l’auriculothérapeute, le défi était lancé pour la jeune femme.

Stopper le tabac signifie surtout l’arrêt de la cigarette au réveil, mais aussi à la pause avec les collègues et en soirée. « Nerveusement, les premiers jours étaient compliqués », avoue Céline. Heureusement, elle a pu compter sur le soutien de son entourage. Le prix de la consultation – « 190 euros quand même, c’est un coût ! » – et sa motivation ont fait le reste.
Les deux premières semaines ont été difficiles : impossible de trouver le sommeil. Depuis, Céline a réglé ce problème et dort sur ses deux oreilles.

Composition d’une cigarette, document utilisé lors de l’auriculothérapie.

Elle a eu un autre souci à résoudre : « L’auriculothérapie est utile pour supprimer l’addiction. En revanche, le geste de prendre une cigarette, de la glisser entre les lèvres, … j’ai eu du mal à abandonner ces automatismes. » Heureusement, elle n’a pas fait la sourde oreille aux astuces que l’auriculothérapeute lui a données : « J’avais envie de fumer ? Hop, je montais et je descendais les escaliers. »

41 jours après son rendez-vous, Céline n’a craqué qu’une seule fois, durant une semaine de boulot trop intense pour résister à la tentation. Le bilan est donc positif : « J’ai l’impression de gagner du temps de vie. Et ne plus sentir l’odeur du tabac, quel plaisir ! ». Son futur mari acquiesce en souriant : « l’odeur de la fumée, je ne la supportais plus ».
Céline est satisfaite, elle a fait son calcul : en 6 semaines, elle a évité de fumer 701 cigarettes … et réalisé 335 euros d’économie. Le prix de la consultation est déjà sacrémént remboursé !