Capucine

59 nuances de ride, une compétition de dancing freestyle

Last updated:

Ce dimanche, Circonflex Mag s’est rendu à la Halle de Glisse, à Lille, à l’occasion d’une compétition de longboard, 59 nuances de ride. Rencontre avec des passionnés. 

On entre dans la Halle de Glisse. Musique à fond sur une grosse enceinte. Les compétiteurs sont assis sur leur planche, face au podium. C’est l’annonce des résultats de la veille. Les gagnants reçoivent des sweats, des roues, des pantalons pour rider. Rider, c’est le verbe qu’ils utilisent… On discute avec Pierre, qui est à l’origine de la compétition et qui y participe. 59 nuances de ride, c’est un concept créé pour réunir la communauté francophone autour du dancing freestyle, une discipline assez récente dans l’histoire du sport de glisse. Il explique que cela consiste à prendre une grande planche et y faire à la fois des figures, de la danse, et des enchaînements de pas. « Ce sport existe depuis une vingtaine d’années seulement, il réunit donc une communauté très jeune et s’organise autour de petits événements comme celui-ci. Le but, c’est de se fédérer au niveau national, puis européen, pour arriver à l’international. Mais il y a encore du chemin à faire avant ça”, admet Pierre.

Attirer de la pointure 

L’objectif, pour l’instant, c’est de donner un peu de notoriété au sport, et au fur et à mesure, d’injecter “du price money”, comme le dit Pierre, c’est-à-dire mettre del ’argent en jeu pour attirer de la pointure et encourager les compétiteurs à performer.   

Pierre est également à l’origine de la Grise ride, autre événement lillois, mais cette fois-ci à l’échelle européenne. Deux sessions se sont déroulées en 2017 et 2018 mais tout a été stoppé avec le covid. La compétition reprendra l’année prochaine.

Une communauté très ouverte

Le Long board, c’est une petite famille, encore plutôt confidentielle. Dans la région des Hauts de France, les passionnés se sont réunis autour d’une entité : Le Nord Longboard Club (NLC). Ces groupes de potes de différentes villes entrent en contact grâce aux réseaux sociaux, rident ensemble et se réunissent sur des évents. “On est une communauté qui est très ouverte.  Notre objectif, c’est se faire plaisir, partager une bonne binch autour d’une planche” nous explique Pierre d’un ton chaleureux.

Communauté ouverte …certes. Pourtant, sur 59 nuances de ride, force est de le constater : les filles ne sont pas légion.  Pierre le déplore :« le longboard, c’est un sport qui offre de belles opportunités pour les filles. La dimension artistique et créative est très importante, et là-dessus, les demoiselles ont beaucoup à nous apporter. Filles et garçons se complètent sur la manière d’exploiter la planche.”

On a discuté avec Capucine, 15 ans, l’une des plus jeunes concurrentes, et finaliste de la compétition.  “Après avoir vue une vidéo sur les réseaux, j’ai pris un cours avec un gars à Brest et je suis tombée dedans”. Pour l’instant, le longboard reste un loisir, mais son objectif, c’est de réussir à être sponsorisée un jour, parce que le matériel a un coût. Malheureusement, elle est encore limitée par son âge. “ Mes parents ne veulent pas que je me déplace seule, ils pensent que je suis trop jeune …pas question pour le moment d’aller à Nantes ou à Bordeaux pour un évent ».

Tristan de la Treille

Le dancing freestyle, c’est une des disciplines du longboard. Mais il en existe plusieurs. Sébastien, lui, est plutôt un adepte du free style « J’ai commencé ce sport il y a 9 ans. Je voulais trouver un moyen esthétique pour me déplacer. Un longboard, ça a de grosses roues, ça passe partout. On peut faire des figures tout en ridant sur des surfaces planes ». Son ami Tristan est d’accord. A Lille, on le surnomme Tristan de la Treille : « C’est parce que j’ai énormément skaté sur le parvis de la Cathédrale », dit-il en montrant fièrement son tatouage de Notre Dame de la Treille. C’est d’ailleurs là que tout a commencé, à l’ombre des murs de l’église. C’est ici, au milieu des claquements de roues résonnant sur le parvis, qu’a débuté l’aventure du NLC. Tristan ajoute : «   Moi, je suis plus intéressé par les modules, par le skate pur street. En longboard, chacun amène sa patte.”

Sébastien porte autour du cou une médaille pour le meilleur tricks de l’événement. Elle est en bois, avec la tête de Pierre gravée dessus. “J’ai mis un Bigger Flip. On saute, la planche fait un 540 avec un flip et après, il faut retomber dessus,” explique-t-il en souriant aux néophytes que nous sommes. Lui fait partie de ceux qui sont sponsorisés. La marque lui envoie du matériel, ce qui lui permet de ne pas dépenser tout son argent. Alors, en ce moment, il ne fait que ça, rider. Mais il n’est pas encore capable d’en vivre, il doit travailler à côté. “

La peur de se décevoir soi-même

Les deux garçons se sont rencontrés en 2018, lors de la deuxième Grise Ride. Tristan avait alors hébergé une quinzaine de personnes, dont Sébastien. Parce que c’est ça aussi, l’esprit de la communauté. Les rencontres, le partage d’une passion. « Sur un évent, il n’y a pas cet esprit de compétition qui fait que tu ne penses qu’à ça, conclut Sébastien. Bien sûr, il y a du stress, la peur de se décevoir soi-même. Mais si quelqu’un ride mieux que toi, tu es content pour lui. On s’encourage. On s’applaudit. Le longboard, c’est un sport accueillant » 

Pendant la compétition, pas de silence glaçant, au contraire, on entend des encouragements, de la musique, des applaudissements.

“Si moi je fais un truc bien mais qu’un autre fait un truc mieux, je suis content pour lui. Y’a pas cette mentalité de se mettre en compétition avec les autres. Y’a du stress et une peur de se décevoir soi-même mais c’est pas envers les autres”. Il faut quand même être concentré. Sébastien explique que c’est psychologique, s’il rate deux, trois tricks, il va s’imaginer tout rater et ce n’est pas bon.

Il était d’ailleurs à l’origine du NLC puisque tout a commencé avec cette communauté de skater de la Treille, parti ensuite en vadrouille, c’est ainsi que l’engouement s’est créé il y a 8 ans.

Infos pratiques: 

Instagram: @nlcommunity

Facebook: @nordlongboardclub

Initiations au longboard le samedi à la Halle de Glisse