Bal de design au Tripostal

Le design français existe-il ? La réponse se trouve à Lille, Capitale Mondiale du Design cette année. La Métropole du Nord accueille en ce moment au Tripostal, et jusqu’au 15 novembre, l’exposition Designer(s) du design. Plus de soixante artistes, de Philippe Stark à Matali Crasset, en passant par Inès Le Bihan ou Pierre Charrié, proposent de dessiner le paysage, la diversité et l’évolution du design français. Avec les récentes annonces gouvernementales impossible d’y faire un tour. Circonflex Mag a choisi malgré tout de vous présenter 4 projets.

 

ME.WE, un concept car Toyota créé en 2012 par Jean-Marie Massaud et Laurent Bouzige

Pour réduire la pollution, une seule solution : changer de comportement face à nos créations. C’est la démarche qu’a choisie Toyota en proposant ME.WE.  Voiture de tous les jours,  ce concept car concentre l’essentiel de nos besoins : adaptabilité, intelligence, légèreté. Sa conception ? Simple. Un parquet en bambou, des batteries et une structure en aluminium pour étanchéifier les vitrages -ils peuvent tous se baisser, même ceux du pare-brise avant, répondant au problème de la clim-. Et des patchs de mousse qui ont pour fonction d’absorber les chocs  « La mousse, c’est une économie de 150kg de matière. C’est recyclable et recyclé », explique Toyota.

ME.WE propose une réponse possible, par le biais du design, aux enjeux environnementaux contemporains. « Elle est en symbiose avec le monde ».

 

Chantepleure, un arrosoir créé en 2016 par le Studio Idae

C’est la version 2.0 du Chantepleure en terre cuite médiéval : un arrosoir qui se remplit par immersion. Ici, rien ne se perd, rien ne se créer mais tout se transforme. En forme de goutte, il peut être utilisé en association avec un collecteur d’eau pluviale, en extérieur ou en intérieur. Le projet montre la capacité du design à préserver une ressource naturelle précieuse : l’eau.

 

Coloop, un séquenceur musical collaboratif créé par ANR et Ircam en 2017

Trois en un ? Coloop, de son nom, est à la fois un instrument de musique, une table de mixage et une enceinte. En symbiose avec les médias, il est piloté par une application musicale sur smartphone. Celle-ci permet de choisir les sons et leur intensité. La partition s’écrit en même temps qu’elle se joue. Il n’y a pas de limite d’utilisateurs. Chacun peut spontanément sortir son portable de sa poche et composer ou danser. La révolution numérique a atteint la musique.

https://www.youtube.com/watch?v=BgxNNE8L5H8

L’émergence du web ambiant et de la réalité augmentée a changé nos relations au numérique. Le design explore cette nouvelle connexion entre médias, instruments, utilisateurs et leur environnement. Il humanise la technologie.

 

Vertigo Nova, une suspension lumineuse créée par Constance Guisset en 2019

Né du désir de travailler la lumière, ce projet d’école représentait un défi pour sa conceptrice. Fait main, sa structure constituée de 80 lignes de tissus n’était jamais assez fine. Aujourd’hui, c’est un modèle de légèreté. Selon ses mots : « une nappe volant entre deux eaux, trouée par une lumière immatérielle ».       Sa forme, une structure enveloppante, permet de créer un espace d’intimité. Le Design montre ici que les objets ne sont pas qu’utilité et usage. Ils incarnent des idées, des concepts, des sentiments. Ils constituent une partie du « vivre-ensemble » pour la société et le bien commun.

 

Aurélia Petit

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *