Notre entourage !

Last updated:

Tant de personnes souffrent aujourd’hui de solitude et d’isolement. Tant de regards tristes et perdus que nous croisons au pied de chez nous, en détournant souvent les yeux … Circonflex Mag a interrogé Céline Blas sur son travail au sein de l’association Entourage qui prend soin des personnes en grande précarité.

Circonflex Mag : Entourage, en quelques mots …

Céline Blas : C’est une association qui est née autour de la conviction que le lien social est aussi essentiel que les besoins matériaux pour les personnes sans domicile fixe. Lorsqu’on est à la rue, ce qu’il faut, c’est être entouré de professionnels pour s’en sortir.  Mais aussi de citoyens bienveillants. L’isolement et la solitude sont eux aussi dévastateurs, et accélérateurs de la désociabilisation. Entourage a été co-construit avec une communauté de la rue, c’est à dire des personnes actuellement ou anciennement SDF. Elles font partie de la gouvernance et sont consultées régulièrement pour participer à la feuille de route de l’association. Cette singularité permet de construire des projets qui sont en cohérence avec les réalités du terrain.

 

Je peux faire tourner une machine à laver

 

Quel est votre rôle dans l’association ?

Je suis responsable de l’association Entourage sur Lille depuis 2019. Mon poste est très polyvalent : je dois communiquer sur les actions sociales, développer des nouveaux partenariats, rechercher des moyens pour financer les activités d’Entourage, manager et former l’équipe pour les actions de terrain.

 

Quels sont les objectifs d’Entourage ?

Le but de l’association, c’est de sensibiliser le grand public au monde de la rue afin de lever les préjugés bien ancrés dans nos sociétés. De communiquer un maximum sur les actions solidaires mises en place, notamment à travers l’application mobile. Et enfin, de pousser les citoyens à lancer leur propre initiative : « Je suis dispo pour prendre un café », « j’ai une paire de chaussures ou un duvet à donner », « j’ai les compétences pour relire un Cv et donner des conseils », « je peux faire tourner une machine à laver »,… autant de petits gestes du quotidien qui peuvent rendre service et apporter un peu de chaleur aux personnes en grande difficulté.

 

Cafés suspendus

 

Quelles sont les actions mises en place ?

L’association met en place des « rencontres nomades ». Ce sont des événements de convivialité pour que les SDF et les habitants du quartier puissent se rencontrer. L’idée, c’est de permettre aux personnes sans abri de se remobiliser, de retrouver la force de rebondir sur d’autres aspects de leur vie par la création d’un tissu relationnel. On organise donc des petits déjeuners, des cinés club, des maraudes et des soirées jeux de société. Sans oublier les cafés suspendus : cela consiste à payer deux cafés, l’un pour soi et l’autre pour une personne dans le besoin. Le but de toutes ces actions, c’est de parler de ce qui nous rassemble et nous amuse, sans forcément évoquer  les difficultés des personnes isolées. C’est un bon moyen de casser les barrières.

 

Une bénévole prise sur le vif !

 

La rencontre entre bénévoles et SDF est-elle parfois difficile ?

Bien sur, et l’équipe professionnelle d’Entourage est présente pour donner des conseils sur la manière d’aborder une personne à la rue, et créer une relation simple et naturelle. Les événements que nous organisons sont ouverts à tous et peu importe le temps qu’on veut y consacrer. On veille vigoureusement à ce que tout le monde trouve sa place dans une ambiance toujours bienveillante et conviviale. Les événements de rencontre sont très inclusifs et sans jugement, peu importe la situation sociale, le genre et l’âge. En tant que riverain, on ne peut pas être des super héros, il faut garder sa place. Participer à plus de solidarité, oui, mais pour autant savoir réorienter vers des associations et des professionnels qui accompagnent les personnes SDF sur la durée.  L’application Entourage est faite pour ça, elle recense des lieux solidaires pour s’orienter (comment se loger, se nourrir… ) ainsi que des permanences et des accueils de jour.

 

Double peine

 

Est-ce que la Covid a entrainé des changements pour Entourage ?

Certains événements ont été difficiles à organiser car Entourage s’appuie beaucoup sur des bars partenaires, des structures associatives qui ne peuvent pas accueillir de public en ce moment. Le 1er confinement du mois de mars a été très brutal pour les personnes à la rue : on leur demandait de se confiner mais cela n’était pas possible pour eux. Et double peine, ils étaient encore plus isolés, puisque les rues étaient vides. Entourage a donc mis en place le dispositif  Les bonnes ondes. Cela permet d’apporter un soutien moral à une personne isolée et/ou précaire grâce à des appels téléphoniques réguliers du voisinage. Cette démarche a très bien fonctionné, elle a permis aux riverains de participer à une première action d’entraide simple.

 

Est-ce que vous sentez une évolution positive pour ces personnes à la rue qui viennent à votre rencontre ?

« Nous avons demandé à un cabinet externe de réaliser une étude auprès des riverains avec domicile et sans domicile afin de comprendre ce que leur apporte le réseau Entourage. On était très content de voir que 85% disent avoir changé de comportement à l’égard des personnes SDF. Pour les personnes à la rue, plus de 60% d’entre eux se sentent faire partie d’une communauté et s’être fait des nouveaux amis (avec ou sans domicile fixe). Ces chiffres nous confortent dans l’idée de persévérer et de faire évoluer les mentalités.

Léonore Bonnin