En novembre, la cigarette part en fumée !

Le mois sans tabac est un défi collectif qui propose à tous les fumeurs de s’abstenir de consommer du tabac en novembre. L’équipe de Circonflex Mag a rencontré des étudiants qui se sont lancés le pari d’arrêter de fumer.

Thibaut étudiant en MCC

« Honnêtement, je ne pense pas pourvoir arrêter de fumer avec le mois sans tabac. Je vois plutôt cela comme une étape vers un arrêt complet. Je fume environ un demi paquet par jour. Mon objectif, c’est de passer à un paquet par semaine, puis de stopper complètement.

J’avais déjà entendu parler de l’opération mois sans tabac l’année dernière sans être assez motivé. Mais quand tu as du mal à monter les escaliers sans être essoufflé et que tu craches tes poumons après chaque soirée, tu prends conscience de ce que représente ce paquet de cigarettes. Cette année, toutes mes salles de cours sont au troisième étage, chaque aller-retour pour fumer devient une punition ! Avec les potes, on en est à estimer quelle cigarette est nécessaire et quelle autre ne l’est pas … Au bout d’un moment, on se dit que l’on pourrait peut-être essayer d’arrêter de fumer. On est deux à s’être lancés dans l’aventure.
Et puis avec les augmentations de prix à répétition, fumer va devenir un luxe. Je n’ai pas l’intention de payer mon paquet de cigarettes 10 euros, alors autant arrêter avant. »

Margaux, 18 ans, étudiante en Psycho

« Mon objectif est simple : ne pas fumer une seule cigarette durant tout le mois de novembre, et ensuite essayer de ne plus fumer du tout. Si je décide de faire le mois sans tabac, c’est pour plusieurs raisons, mais surtout pour le côté financier. L’argent qui me sert à acheter des clopes, j’aimerai l’utiliser pour partir en week-end et en vacances. J’ai aussi envie de retrouver de meilleures performances sportives, en endurance par exemple. Je me préoccupe aussi de ma santé : on sait tous que fumer multiplie les risques de cancers. Mais c’est surtout par fierté que je me suis lancée ce défi : me prouver à moi-même que je peux arrêter de fumer. Et ne plus fumer du tout, c’est important pour le mental ! »

C’est con d’utiliser autant d’argent pour ça.

Rémi, 19 ans, étudiant en hôtellerie-restauration

« Je fume depuis 3 ans, plus ou moins 10 cigarettes par jour. Je n’ai jamais fait le mois sans tabac. J’ai déjà essayé d’arrêter de fumer, mais sans jamais avoir réellement la motivation suffisante pour réussir. Mon objectif, c’est de réduire ma consommation, et essayer de conserver ce rythme après le mois de novembre. Si je fais le mois sans tabac, c’est histoire de dépenser moins de sous, parce que c’est con d’utiliser autant d’argent pour ça ! »

Alex, 18 ans, étudiante en école de commerce

« J’ai déjà tenté de faire le mois sans tabac l’année dernière, mais l’expérience n’a pas été concluante. Alors cette année, je vais essayer de trouver la force d’arrêter de fumer de manière définitive. Ma première motivation, c’est l’argent, clairement ! Mais il y a également l’odeur : je déteste l’odeur du tabac froid ! J’espère que cette fois ci sera la bonne, et que voir les autres fumer ne va pas me donner envie de reprendre : c’est ce qu’il s’était passé l’an dernier…»

Circonflex Mag vous donne rendez-vous début décembre pour le bilan de ce mois sans tabac.

Un pour tous, tous pour un.
Comme à plusieurs, tout parait plus simple, le site mois-sans-tabac-info-service.fr permet de rejoindre des équipes thématiques - fêtard, pantouflard, zen, vapoteur, pour mes enfants … - ou bien géographiques, par régions.
À Lille, vous avez la possibilité de participer à différents ateliers pendant tout le mois : des rencontres avec un tabacologue et une diététicienne les mardis. La ville propose aussi des kits d’accompagnement d’aide à l’arrêt du tabac. Pour finir, l’Assurance Maladie rembourse à hauteur de 150€ par personne la prise en charge de substituts nicotiniques.
Benoît Saguez

Une pensée sur “En novembre, la cigarette part en fumée !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *