L’Opéra, on valide ou pas ?

Mardi 2 octobre, l’Opéra de Lille ouvrait ses portes à la jeunesse : les moins de 28 ans –quand même, ça laisse une marge- ont pu profiter gratos du cadre idyllique de ce lieu classé au patrimoine lillois. L’objectif de cet évènement Premier Soir : tendre la main à un public plutôt néophyte. Avec une toute petite arrière pensée : le séduire pour le faire revenir. Circonflex Mag était sur place, et on a profité pleinement de la soirée !

« Quand le public arrive dans l’Opéra, il est déjà heureux de se trouver dans ce décor incroyable », Caroline Sonrier, la directrice des lieux, a mille fois raison. Somptueux. Magistral. Voilà les mots qui nous viennent directement à l’esprit lorsque nous franchissons les portes de l’Opéra de Lille. Impossible de ne pas être séduit par la beauté de l’édifice. C’est en partie pour cette raison que de nombreuses personnes, lycéens, étudiants et jeunes actifs, ont foulé le tapis rouge de l’Opéra ce mardi. Pas de chichis, pas de dress code pour cette représentation exceptionnelle. Certains ont opté pour le traditionnel costume ou la robe-chic-talons-hauts, d’autres sortant de cours, ont préféré l’ensemble jean-baskets. Mais qu’importe, le but ici n’était pas de faire un défilé de mode, mais bien de participer à la rentrée des jeunes à l’Opéra. Opération réussie ! L’évènement Facebook a intéressé plus de 6 000 personnes, 600 d’entre elles ont répondu présentes et se sont retrouvées devant la façade de l’Opéra.

Premier soir a été victime de son succès…

Parmi ces 600 personnes, toutes n’ont pas eu la chance de franchir les portes du paradis. Parmi elle, Emily, étudiante en architecte d’intérieur : « Je m’y suis prise trop tard, et je suis dégoutée. Visiter gratuitement l’Opéra de Lille, c’était une occasion en or. » Elle n’est pas la seule, Premier soir a été victime de son succès.

Un contre-ténor polonais en pleine démonstration vocale.

Une fois les bienheureux élus installés dans les fauteuils en velours rouge de la Grande Salle, les membres de l’Opéra sont montés sur scène pour se présenter. Ils étaient là pour faire connaître leur patrimoine et expliquer leur métier : comment monter un spectacle, choisir les artistes, les costumes, quelles sont les différents aspects de la mise en scène.Ils ont captivé leurs invités d’un soir… Et une petite démonstration, à la cool, d’un contre-ténor polonais aura suffi à donner une idée aux apprentis spectateurs de ce qu’est réellement l’Opéra !

L’Opéra n’a pas perdu de vue l’aspect rentable de cette soirée.

On a quitté à regret la salle de spectacle. Passage par la case Grand Foyer, pour partager ses impressions autour d’un verre … et pourquoi pas, souscrire à un abonnement annuel. Car oui, derrière le coté ouverture culturelle, l’Opéra n’a pas perdu de vue l’aspect rentable de cette soirée ! Quoi de mieux que de proposer des prix alléchants à des étudiants, dans un contexte festif qui sort de l’ordinaire ? Il y en avait pour tous les goûts, tous les profils, tous les budgets ! Bertille hésite : « 32 euros pour 4 spectacles c’est intéressant, mais je ne sais pas si j’aurai le temps et l’envie de revenir. Je vais réfléchir! » Quelques minutes plus tard, elle a craqué : elle reviendra dès la semaine prochaine pour voir Roselinda, la nouveauté de la saison ! Affaire très concluante donc pour l’Opéra, qui a du faire un bon chiffre d’affaires, compte tenu de la foule attroupée devant les tablettes mises à sa dispositions, afin de payer en ligne facilement. Et pari réussi : comme il est louable d’amener sur le terrain de la culture un public moins averti et de lui transmettre sa passion !

Eleonore Yardin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *