Les Sans-Calottes décoincent le milieu médical

Un dentiste avec un calot fantaisiste, c’est tout de suite beaucoup plus sympa qu’un dentiste avec un vieux calot bleu ciel hyper strict, non ? Une jeune Lilloise, fan de couture, s’est lancée un défi : rendre les professionnels de la Santé plus fun et moins impressionnants. Pari gagné !

Eléonore, nordiste depuis toujours, est une jeune femme à qui la vie sourit. À 26 ans, elle est à la tête de son entreprise, éthique, écolo et originale. Son projet initial en était pourtant assez éloigné. Après son bac, Eléonore a fait 2 ans de prépa en lettres et sciences sociales à Lille. Elle a poursuivi sa scolarité en faisant du droit à la Catho puis un master de Sciences Politiques à Bruxelles. Fraîchement diplômée, elle a travaillé pendant 1 an au MEDEF, au Parlement de Bruxelles. Mais la réalité du monde politique ne lui plaît pas et elle songe à sa passion d’antant : lorsqu’elle était jeune, Eleonore a découvert la couture grâce à sa Maman. Avec ses sœurs, elle confectionnait des noeuds papillons, des doudous sous la marque Les Profitroll. L’âme de l’entrepreneur n’était déjà pas très loin !

Franchouillard, stylé et drôle

Quand il a fallu prendre une décison pour son avenir professionnel, Eléonore a eu un tilt : “Mon copain est dentiste. Je le voyais jeter ses calots à usage unique, et à chaque fois, mon esprit écolo en prenait un coup. L’été dernier, j’ai fini par sortir ma machine à coudre, et je lui ai confectionné un joli calot en tissu“, explique-t-elle. Bingo ! Ce calot fait sensation chez ses amis dentistes. Le produit est lancé.

En trois mois, le businessplan monté, Eleonore créé sa marque Les Sans-Calottes, appuyée par la BGE (réseau associatif national d’aide à la création d’entreprise). Son nom correspond aux attentes de sa créatrice : bien franchouillard, stylé et drôle. Ses calots sont fabriqués dans le Nord, à la main, en 100% coton. Que rêver de mieux?

Des licornes et des flamands roses

Il existe deux types de modèle : le classique (qu’on peut agrémenter d’une éponge absorbante au niveau du front) et le couvrant (pour ceux qui bossent dans un bloc stérile). Eléonore a remarqué que les mecs préférent les calots bleus avec des avions et autres motifs très masculins ou alors, complètement déjantés, avec des licornes, des flamands roses … Les femmes, elles, portent davantages de rose ou de violet, mais attention, surtout pas de jaune (problème de teint voyez-vous !). On peut les laver trois fois par semaine, et ils sont conçus pour résister trois ans. Le prix de cette petite merveille au look franchement révolutionnaire : une vingtaine d’euros ? Ce joli calot peut coiffer la tête de tous les pro de la Santé : dentistes, chirurgiens, sages-femmes, anesthésistes, infirmières et même véto. Hormi le fait d’être original et bien plus seyant que les modèles tradi, il permet aussi de dédramatiser l’acte médical.

Eléonore vend ses calot dans le Nord, naturellement, mais aussi dans les Dom Tom, en Italie, au Canada. Pour étendre son marché, elle veut rendre son site accessible en anglais et se lancer dans le concept de box, hyper tendance. Aujourd’hui, les réseaux sociaux permettent une communication facile et décalée. Eléonore est présente sur Facebook, Instagram où elle met en scène ses calots pour leur donner vie et attirer le client. Son entreprise fêtera ses 1 an en décembre 2018. Un pari moderne, écolo, original …et gagnant !

Rendez-vous sur le site internet pour admirer toutes les créations !

Soizic Thiriez

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *