Trio de mode

Les petites modeuses lilloises, c’est une page Instagram. Un blog, également. Mais ce sont surtout trois étudiantes, Solène, Maya et Charlotte. Curieux de connaître les détails du succès de ces trois jeunes filles pétillantes, Circonflex Mag a rencontré Solène, la fondatrice…

« J’ai toujours eu envie de créer un blog ». Ce sont les premiers mots de Solène quand on lui demande comment lui est venue l’idée de fonder les petites modeuses lilloises, ce compte Instagram qui totalise à l’heure actuelle quelques 14 000 abonnés. Le sourire franc et la voix posée, la jeune femme de 20 ans se remémore les souvenirs de ses débuts : « En fait, j’avais un peu peur de commencer seule, alors j’ai exposé mon projet à des amies et on s’est lancées ! ».

C’est une passion avant tout !

À côté de leur vie d’instagrammeuses, les trois jeunes femmes poursuivent leurs études et les petites modeuses lilloises leur prend beaucoup de temps libre. Mais Solène le souligne, « comme on est étudiantes en communication ou en gestion, finalement, ça reste dans le cadre de nos études … Et puis, c’est une passion avant tout ! ».

Instagram ? Oui, mais pas que ! Certes, il reste le réseau sur lequel elles communiquent le plus. Mais les petites modeuses ont multiplié les canaux en créant un blog aux lignes épurées, sur lequel on retrouve des articles food , voyages, Lifestyle… Et puis une page Facebook et, tout récemment, une chaîne YouTube ! Leur polyvalence ne s’arrête pas là puisque Solène et Charlotte sont mannequins en parallèle, tandis que Maya elle, développe son goût pour la photo.

Gérer un compte leur offre un tremplin non négligeable pour se lancer dans le monde du travail. Solène nous confie que la renommée du blog l’a sans nul doute aidée à trouver son stage : « Lors du défilé d’une entreprise de prêt à porter, j’ai eu la chance de rencontrer le directeur marketing et je lui ai demandé s’il prenait des stagiaires. J’ai obtenu un stage de quatre mois en tant que chef de produit chez eux ».

Être à trois, c’est une force !

Le succès des petites modeuses – 14 000 abonnés, rappelons-le ! -, Solène l’explique en partie grâce aux concours qu’elles mettent en place pour leurs abonnés : ils amènent de l’interaction et leur apportent davantage de visibilité. Ce succès, elles le doivent également aux partenariats qu’elles ont su mettre en place avec les différents commerçants de la région. Pour trouver ces partenariats, elles démarchent auprès des commerçants … à moins que ces derniers ne les contactent en premier ! « Être à trois, c’est une force, explique Solène. Charlotte, c’est le make up et la coiffure, Maya la mode et la déco, tandis que moi, je travaille sur la food, la mode et la décoration également. On essaie de toucher vraiment à tout et de partager un max de bons plans ».

Parlons peu, parlons gros sous ! La modeuse Instagram véhicule souvent ce fantasme d’une jeune femme richissime voyageant aux quatre coins du monde… mais c’est loin d’être la réalité ! Les petites modeuses ne sont pas rémunérées pour le partage de leurs bons plans. Elles souhaitent justement se détacher de ce rapport à l’argent, afin de pouvoir rester libres de leurs choix. « La relation avec nos clients, c’est un échange de bons procédés. Le Basilic Café, par exemple, nous a offert notre repas en échange de posts sur une opération « un mojito offert pour un repas acheté » ». Solène, plutôt calée sur ces questions grâce à ses études en gestion, nous explique que le prix d’un post peut être calculé : entre 100 et 200 €, en fonction de l’influence du compte, du nombre d’abonnés, des statistiques… Instagram est un business à part entière où l’on pourrait donc proposer ses services sous forme de posts. Mais, est-ce à la portée de tout le monde ? Hélas, non. Pour exercer une activité rémunérée sur Instagram, il faut avoir un statut particulier. Ce statut, Solène l’a à titre personnel grâce à son activité de community manager pour la marque Balmust. Mais elle précise bien que non, les petites modeuses lilloises ne sont pas rémunérées.

Les jeunes femmes commencent à être reconnues dans la rue et estiment que leur communauté est bienveillante. Cependant, quelques déconvenues peuvent arriver… « Nous avons travaillé avec une marque de tee-shirt, nous explique Solène. Nous en avons fait la promo sur notre Insta et plusieurs abonnées ont acheté ces tee-shirts. Nous les avions simplement portés pour le shooting. Nos abonnés se sont rendus compte qu’ en les lavant, l’écriture s’effaçait. Nous avons contacté la marque, en essayant de trouver une solution, bon d’achat ou remboursement. Nous devions bien ça à nos followers…». Elles ont pu s’appuyer sur cette expérience déplaisante pour évoluer.

Ça restera lillois !

Quand on lui demande comment elle conçoit la suite des petites modeuses, Solène sourit et prend quelques instants de réflexion, comme si elle n’y avait jamais vraiment pensé. « On évite de trop réfléchir au long terme. On aimerait bien que ça évolue, c’est sûr, mais en tout cas, ça restera lillois. Si on peut continuer à promouvoir des bons plans dans la région, c’est déjà génial ! ».

N’hésitez pas à les suivre sur leur page FacebookInstagram mais également sur leur blog et leur chaîne YouTube.

Laure Monfort

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *