« Pour qu’il y ait toujours des retraites, il faut réformer ! »

Last updated:

Engagé depuis trois ans dans le parti présidentiel, à l’époque La République en Marche aujourd’hui Renaissance, Louison Bastien est devenu le référent des jeunes avec Macron du Nord. Il a accepté de nous rencontrer pour revenir sur les récentes manifestations et grèves qui touchent la France face à une réforme des retraites impopulaire.

En soutien de longue date du Président de la République et de ses réformes, Louison Bastien, étudiant de 20 ans en sciences-politiques, ne se sent pas surpris par les différents mouvements de grève en France. « C’était évident » souligne-t-il, tout en expliquant que les manifestations et l’expression des syndicats sont « légitimes, et un droit fondamental dans notre pays ». Malgré tout, il explique qu’Emmanuel Macron avait annoncé cette réforme lors de la dernière élection présidentielle, et qu’une « réalité s’impose ». Pour l’étudiant en sciences-politiques, comme pour le gouvernement, on ne peut plus partir à la retraite à 62 ans. Une réforme contestée par plus d’un million de personnes dans les rues. « Cette retraite a sûrement été mal comprise, mais c’est le rôle du gouvernement, de la majorité, des militants et le mien en tant que référent des jeunes avec Macron du Nord, de l’expliquer au mieux et de la faire comprendre auprès de nombreux Français » précise Louison Bastien, qui était d’ailleurs au cœur d’une opération tractage près de la gare Lille-Flandres quelques jours avant la manifestation.

« Ça remettrait le feu aux poudres ! »

En dépit de l’ampleur des manifestations, Louison Bastien ne voit pas le gouvernement reculer face à la protestation, ou alors sur quelques éléments comme les carrières hachées pour les femmes. Mais alors comment cette réforme peut-elle passer sans gros accrocs ? «C’est une réforme structurelle, les discussions au Parlement et avec les syndicats doivent être privilégiées ». Avec une majorité relative à l’Assemblée Nationale et une opposition farouche de la part de l’alliance de la gauche et de l’extrême droite, le gouvernement pourrait faire appel au 49.3 pour la onzième fois. Une idée qui met Louison Bastien mal à l’aise. « C’est impopulaire, mal vu, et ça remettrait le feu aux poudres ! » L’étudiant en sciences-politiques attend maintenant un soutien venu de la droite. « Cette réforme est une proposition des Républicains depuis des années. Ce serait illogique que les députés LR ne votent pas en faveur de cette réforme du système des retraites. » Le président des Républicains Éric Ciotti ayant déjà appelé à voter pour la proposition d’Elisabeth Borne, pour Louison Bastien, « l’Assemblée Nationale jouera son rôle ».

« C’est évident que je préférais partir à la retraite à 60 ans ! »

Après la première journée de mobilisation, Louison Bastien prédit des prochaines manifestations moins fortes. « Dans l’histoire des mouvements sociaux, ce sont les premiers événements les plus soutenus, à l’image des gilets jaunes par exemple. » D’un côté plus personnel, le soutien d’Emmanuel Macron a du mal à se voir travailler jusqu’à 64 ans. (« C’est évident que je préférais partir à la retraite à 60 ans ! » glisse-t-il). Mais, s’il dit se sentir prêt à la faire, Louison Bastien a été surpris de voir certains de ses proches, et notamment son père, pourtant non politisé, participer aux manifestations.
Le référent des jeunes avec Macron du Nord termine en réaffirmant qu’une réforme des retraites est essentielle pour ne pas ressembler à d’autres pays, notamment aux Etats-Unis. « On se plaint beaucoup en France, mais notre système des retraites est une force ! ». De leur côté, les manifestants ont annoncé un 2e acte, le mardi 31 janvier prochain.