Place à la récup’ !

À l’occasion de sa candidature  pour devenir Capitale Verte Européenne en 2021, la ville de Lille a organisé trois week-ends pour nous permettre d’apprendre et de pratiquer l’écologie de tous les jours. Après l’agriculture et la nature en ville, place à la récup’ ! Le 24 novembre, au Gymnase de Fives Call, un espace d’échanges et d’ateliers participatifs a accueilli les visiteurs intéressés par la récup’ et l’économie circulaire. Circonflex Mag s’y est rendu pour vous.

Fermer les yeux sur l’aspect de la transition écologique aujourd’hui ? C’est difficile à envisager, voire impossible. Tous les acteurs de l’économie durable étaient mobilisés pour faire de ce week-end un éco-évènement, respectueux de l’environnement : vaisselle réutilisable pour la restauration, papier recyclé, parkings pour les vélos, produits alimentaires responsables et de saison servis sans emballage, matériel de scénographie réutilisable…

Parmi les ateliers participatifs : la réparation de vélos

Il faut inciter les gens à faire ce genre d’efforts.

À l’entrée du gymnase, on était tout de suite dans le bain : un espace d’échanges mettait en relation les visiteurs avec les acteurs écologiques. Le but : échanger des idées, afin de répondre à différentes problématiques environnementales. Antoine Baudreul, responsable de l’espace Ressourcez-vous, a évoqué la nécessité d’organiser ce genre de manifestation : « Ce type d’événement permet des rencontres entre le public et les acteurs du développement durable. Pour le futur des villes, c’est super important. Il faut inciter les gens à faire ce genre d’efforts, à réfléchir sur notre société de consommation.  »

Des bus lillois circulent actuellement avec de l’huile de friture.

Sur place également, des entreprises qui ont déjà mis en place de véritables projets. Gecco est l’une d’entre elles Cette entreprise  développe un projet peu commun. « A partir d’huiles de friture collectées, on réalise un mélange avec du biodiesel en micro unité, explique Mathilde, responsable de la communication. Ce mélange va être utilisé pour faire rouler les transports publics. Des bus sur Lille circulent déjà avec ce carburant.  ». Ce projet est aussi un moyen de réduire les émissions de CO2. Une raison de plus pour prendre régulièrement les transports en commun.

Au sein de l’espace Ressourcez-vous / Stand d’échanges d’idées.

Gratiféria  occupe le fond du gymnase. Sur le stand, des pulls, des robes, des pantalons, de la vaisselle … Le crédo : apportez ce qui ne vous sert plus et prenez ce dont vous avez besoin. Pour Chantal,  « l’avantage de cette gratuité, c’est de donner une seconde vie à ces objets ». L’économie circulaire est considérablement en marche.

Le marché de la Gratiféria

Échanger, recycler, réparer, prêter

L’objectif d’un week-end comme celui-ci était clair : prouver que l’économie circulaire est indispensable à notre façon de repenser la société. Certes, on peut produire des objets et des services, mais il faut les faire circuler, les échanger, les recycler, les réparer, les prêter… et ainsi prolonger le plus longtemps possible leur durée de vie.

Valentin Devillaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Qui sommes-nous ?