Ilévia : stop aux violences faites aux femmes

Chaque jour, nombreuses sont les femmes qui subissent des violences dans les transports en commun. Dans les métros, bus et tramways,  86% d’entre elles affirment avoir été au moins une fois  confrontées à diverses formes de harcèlement. Ilevia veut agir, et a lancé une campagne de sensibilisation. Si l’on donne un peu plus de visibilité au fléau des féminicides et des violences conjugales grâce au mouvement Nous Toutes (plus d’infos avec notre sujet dédié au collectif), certains ont tendance à laisser de côté les agressions -appelons un chat, un chat- dans les transports en commun et dans la rue.

Depuis fin novembre, Ilévia, le réseau de transports de la métropole lilloise a mis en place des campagnes de sensibilisation contre tous types de violences faites aux femmes. Par le biais de plusieurs vidéos, deux comédiens mettent en scène des situations de harcèlement et de violences dans le quotidien de plusieurs femmes qui empruntent chaque jour les lignes de bus ou de métro.

Depuis le début de l’année 2019, plus de 155 plaintes ont été déposées chez Ilévia. Néanmoins, il est important de rappeler que ce nombre n’équivaut pas au nombre réel d’agressions. Il arrive à certaines femmes d’être effrayées à l’idée d’aller porter plainte, à d’autres d’être lasses car rien ne change et à d’autres encore de ne pas être prises au sérieux -oui, vous avez bien lu…-  Pourtant, selon Ilévia, « l’ensemble de nos personnels est sensibilisé à la lutte contre le harcèlement. Nhésitez pas à leur demander de laide si vous êtes témoin ou victime dune situation de harcèlement sur le réseau ». Il n’en reste pas moins que l’on compte encore beaucoup trop de victimes dont la parole n’est pas entendue. C’est le cas de Solène (le prénom a été modifié), une jeune étudiante de 20 ans qui prend le métro tous les jours pour se rendre à l’université. Elle a accepté de témoigner : « En rentrant de la fac, il était tard et j’ai pris la ligne 2 comme d’habitude pour rentrer chez moi. Le métro était vide et un homme à la cinquantaine s’est assis face à moi. Il s’est rapproché et a touché mes cheveux. Voyant que je ne réagissais pas -j’étais tétanisée par la peur-, il s’est assis à côté de moi et s’est mis à caresser mon corps ».

 

C’est à ce moment précis que Solène explique avoir eu « un déclic » : elle s’est enfuie en descendant dans une station qui n’était pas la sienne. Quand nous lui demandons ce qui s’est passé ensuite, elle dit avoir cherché désespérément de l’aide. « Il était tard, forcément, il n’y avait personne dans la station de métro ». Elle nous explique être rentrée chez elle et avoir essayé de parler à des agents du réseau le surlendemain : « J’espérais qu’on m’aide et qu’on m’accompagne, mais personne n’a agi et je suis repartie comme j’étais arrivée. Depuis, j’ai peur à chaque fois que je suis dans le métro ».

Solène est loin d’être un cas isolé. Heureusement, il arrive aussi que certaines victimes soient prises au sérieux. C’est le cas de Manon, une jeune femme de 18 ans au moment des faits, qui a elle aussi subi une agression sexuelle mais cette fois-ci dans le tramway. L’une des passagères l’a accompagnée voir les agents d’Ilévia, et c’est après le visionnage des caméras de surveillance que la plaignante a été considérée sérieusement. Manon a porté plainte contre son agresseur et attend son procès qui aura lieu au début de l’année 2020.

Gilles Fargier, le directeur général d’Ilévia présente un objectif clair : « une prise de conscience citoyenne pour que, lorsque vous êtes témoin d’une agression, vous puissiez le dire, vous puissiez réagir afin que les victimes ne se sentent pas victimes ». En théorie, c’est ce qu’il faut, mais il s’agirait à présent de le mettre en pratique -surtout par les agents-. En plus des spots vidéo diffusés par le réseau de transports, de nouvelles mesures sont en phase d’expérimentation. Les trois lignes de bus les plus fréquentées, la 10, la 12 et la 14 ont adopté la descente à la demande passé 22h. Des bornes d’appel à l’aide ont été installées dans les stations de métro, des affiches ont été placardées.

Même si elles sont loin d’être suffisantes, ces mesures permettront à certaines des 420 000 utilisatrices quotidiennes d’Ilévia de se sentir plus en sécurité. Il est important de montrer aux femmes comment se défendre, mais il s’agirait surtout d’apprendre aux hommes concernés à se comporter respectueusement, et ce, où qu’ils se trouvent.

Julie Tavares Thillier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *