Fricassée de Pangolin ou salade variée ?

Reprenons depuis le début, et tentons de faire simple. Bon, des virus, on en a connu d’autres… Celui des cochons. Des vertébrés qui ne volent pas, et qui n’ont pas de plumes. Celui des poules. Des vertébrés qui ont des plumes, mais qui ne volent pas. Elles ont oublié comment faire, le manque d’entraînement peut-être ? Et celui des chauves-souris. Des vertébrés qui n’ont pas de plumes, mais qui, pourtant volent.

Plus de 5000 types de virus à couronne

Il n’y a pas qu’un seul coronavirus, mais des milliers, et qui sont tous différents. Leur nom générique signifie “Virus à couronne” en raison de leur forme, et même s’ils ont la même forme globale, leurs caractéristiques sont différentes. Tous ces coronavirus se trouvent plutôt chez des animaux à sang chaud et qui volent. Plus de 500 différents virus à couronne ont été isolés chez la chauve-souris, et il existerait plus de 5.000 types de virus à couronne. De quoi donner des siècles de travail à, par exemple, notre Institut Pasteur à Lille.

Chez Circonflex Mag, nous aimons bien comprendre. Et comme notre mémoire n’est pas courte du tout, faisons le compte des dernières épidémies. Petit tour du monde :

  • 1878, Italie, Poulets. Transmission à l’homme.
  • 1918, Espagne, Poulets, mutation de grippe aviaire. Transmission à l’homme.
  • 1976, Etats Unis H1N1.
  • 1990, Crise sanitaire de la Vache Folle. Transmission à l’homme.
  • 1997, Hong-Kong, H5N1, Poulets, Oiseaux. Transmission à l’homme
  • 1998, Etas Unis, H1N1.
  • 2002, Chine, chauve-souris, transmission à la civette. Transmission à l’homme.
  • 2007, Philippines, H1N1.
  • 2009, Mexique, Cochon. Transmission à l’homme.
  • 2019, Chine, Covid19, Pangolin. Transmission à l’homme. Causé par la souche d’un coronavirus parmi d’autres : le SARS-CoV-2. Premier malade en Chine, le 17 novembre 2019. Et nous sommes en plein dedans…

Danger critique

Pour une partie de ces pandémies, les conditions d’élevages incriminées sont effroyables, et favorisent la mutation des virus, ou leur recombinaison. D’autre part, le trafic de quantités d’animaux sauvages est interdit. Des textes et des conventions sont signés dans le monde entier, y compris par la Chine, bien sûr. Le Pangolin et ses deux espèces asiatiques sont classés en “danger critique”. Leur commerce et leur braconnage sont strictement interdits par des textes et des lois.

Il est donc aisé de constater qu’il y a une totale dis-connection entre la réalité biologique des choses, et les attitudes et les comportements des consommateurs. Selon les dernières études, 75 % des maladies émergentes seraient d’origine animale, avec une propagation vers l’homme. Ne serait-ce pas plutôt l’être humain qui devrait être classé en “danger critique” ? Par exemple avec la H5N1, appelée aussi grippe aviaire. C’est la mutation possible du virus qui inquiète le plus actuellement. C’est peut-être le moment de revoir totalement notre position face à notre alimentation, et certains événements pourraient bien nous inciter à devenir végétaliens…

Prenez bien soin de vous !

NB : Bien sur, vous pouvez réagir et commenter…

Ismail Otmani

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *