Courir pour la bonne cause : Le Challenge du Ruban Rose

Vous ne kiffez pas vraiment le rose ? Tant pis pour vous, il va falloir vous y faire car Octobre rose, c’est reparti ! Et c’est tant mieux car c’est pour la bonne cause . 30 jours pour sensibiliser au dépistage du cancer du sein, 30 jours pour récolter plein de sous afin d’aider la recherche et la prévention… ça vaut le coup de s’y mettre. Dimanche dernier, à la Citadelle de Lille, c’était le top-départ avec le traditionnel Challenge du ruban rose qui ouvre la danse. Courir et marcher pour agir et donner. : Circonflex Mag est allé y faire un tour.

« Toutes les femmes de ma famille sont atteintes du cancer du sein.C’est vous dire combien être ici me tenait vraiment à cœur ! » Justine a 26 ans. Elle est professeur des écoles. Ce dimanche matin, pas de grasse matinée. Avec son tee-shirt rose, elle claque un peu des dents. Il fait à peine 5 degrés. Mais comme les 2500 courageux qui l’entourent, pas question de louper l’événement. Leur défi à tous, c’est de courir ou marcher 5 ou 10 kilomètres. C’est pas la mer à boire ! Et aujourd’hui, pas de chrono, pas de record à battre : on est là pour la bonne cause. Au micro, Virginie, l’organisatrice de la course, tient à le rappeler « Ce n’est pas une compétition, prenez votre temps, amusez vous. Aujourd’hui, on est là pour lutter contre le cancer du sein, pas pour battre des records ! »

Le cancer du sein, ça concerne tout le monde.

Et c’est vrai, l’ambiance est à la fête. Etirements au rythme de la musique, on sautille sur place, on tape des pieds, on se réchauffe, on rigole, on s’encourage. On est venu entre copains, entre collègues, en amoureux, en famille avec les enfants. Marylin, Miss ronde Nord-Pas_de-Calais, regarde autour d’elle, ravie de l’ambiance : « C’est incroyable, cette diversité, cette ambiance bon enfant ! Les participants ont amené leurs bambins, certains sont même venus courir avec leur chien. J’ai vu une petite fille de 6 ans, je ne suis pas sûre qu’elle termine les 5 km (rire). Mais c’est bien de faire participer les gens autour de soi parce que le cancer du sein, ça concerne tout le monde ».

Les petits ruisseaux font les grandes rivières.

9h22. 1er départ. La marée rose se met en marche et prend d’assaut la Citadelle. Les arbres filtrent la lumière d’automne, l’herbe est encore humide, on profite du spectacle. Tous ont déboursé 15 euros pour courir en rose et apporter leur contribution. Les petits ruisseaux font les grandes rivières : tout cet argent sera directement utilisée par les associations pour prolonger et développer leurs actions de prévention et de dépistage du cancer du sein.

Pour sensibiliser au dépistage du cancer du sein, l’aide de tout le monde est la bienvenue !

10h. Les premiers coureurs franchissent la ligne d’arrivée, bras levés sous la bannière rose. Les rayons du soleil se font plus chauds, on boit un coup, on grignote un morceau, on se congratule, satisfaits d’avoir participé à une belle action. Olivier, 49 ans, vient de boucler le parcours. Il souffle un peu, regarde autour de lui, satisfait de cette belle affluence. « C’est une cause qui faut soutenir sans hésiter. Il faut des moyens financiers, sans ça, les recherches n’avanceront pas. Voilà pourquoi c’est important de participer à ce genre d’événement. » Faut-il rappeler que même les hommes peuvent être touchés par le cancer du sein ? Le taux de risque pour les messieurs de contracter cette maladie s’élève à 1 %. Une raison de plus donc pour participer tous et toutes activement aux événements d’Octobre Rose !

Valentin Devillaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *