Coup de cœur pour le Salon du Chocolat

Les 3, 4 et 5 février, Lille Grand Palais avait concocté un programme alléchant pour sa deuxième édition du Salon du Chocolat. Retour sur un week-end haut en saveurs.

« Bon, c’est le dernier chocolat! Après celui-ci, tu arrêtes, il faut savoir rester raisonnable.» Ou comment tenter de faire éviter à ses enfants la menace d’une belle indigestion… Entre les confiseries, les pâtisseries et les pâtes à tartiner, il faut bien avouer qu’il y a de quoi ! Sur les stands du Salon du Chocolat, tout est fait pour vous mettre l’eau à la bouche.

 

Aussitôt franchie la porte d’entrée, les odeurs se mélangent et enivrent un peu le visiteur. Certains chocolats ont des goûts improbables et diffusent leur parfum bien au delà des stands qui les exposent : barbe à papa, fraise tagada, bière du Nord … Chocolat noir à 99% pour les vrais amateurs de cacao amer, bouchées gourmandes au praliné, douceur lactée d’une tablette de chocolat blanc mais aussi macarons moelleux et grassement fourrés, friandises sucrées d’antan, caramels aromatisés, glaces artisanales… On est bien là au paradis des bouches sucrées. Certains chocolatiers exposent des œuvres incroyablement sophistiquée, des statues de sucre filé, des paysages entièrement chocolatés , des décors à la gloire de cette matière première sublimée, l’or noir, le divin cacao … Pour nous, simples profanes émerveillés, l’objectif est clair, mais pas simple : éviter de vider son porte-monnaie.

Cette année, le thème du Salon était bien trouvé : « Au Pays des merveilles », idéalement choisi pour décrire une salle remplie de chocolat. Au programme de cette balade gastronomique, des démonstrations de recettes, des ateliers, des concours culinaires, et point d’orgue de l’événement, l’incontournable défilé de robes en chocolat. Et comme pour narguer les visiteurs, un peu penauds de s’être laissés aller au coupable péché de gloutonnerie, c’est l’ex-miss France, la filiforme Camille Cerf qui honorait le Salon de sa présence. Elle ne perdait pas une occasion pour enrichir ses connaissances en confiserie. Et pour cause : elle sera candidate à la prochaine émission du meilleur pâtissier spécial célébrités… Décidément, la gourmandise est un bien joli défaut …

Seul regret : Les dégustations sur des petites touillettes ont un goût de trop peu…

Juliette Ovigneur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *